top of page

LA BIO

Trank, rock, metal, band, indie, progressive, Geneva, French rock

Bienvenue dans le son heavy-rock alternatif de TRANK, où la flamboyance rencontre la noirceur, où la puissance épouse l’introspection, où la rage se fait contagieuse. Où, comme ils le disent eux-mêmes en ne plaisantant qu’à moitié, "on forge du silicium : pas du métal, mais presque.”

 

TRANK, ce sont des chansons qui veulent vous faire “sauter en l’air ET réfléchir en même temps.” Leur musique mêle l’énergie propulsive d'un rock alternatif puissant et la noirceur mélodique et accrocheuse de la cold-wave, avec un regard plus mûr, aguerri, sensible et cynique à la fois sur l’existence, que leur son parfois rageur ne laisserait supposer – et une flamboyance scénique qui fait de leurs concerts de vrais moments de communion entre le groupe et son public. C’est ce mariage entre ombre et lumière qui définit leur identité, entre rock alternatif, touches de métal moderne, et new wave / post punk.

 

TRANK est un groupe français qui écrit en anglais – un témoignage de la force de l’influence exercée sur eux par les références avec lesquelles ils ont grandi : de Deftones à Depeche Mode, de Motörhead à Muse, de Nick Drake à Nine Inch nails, de Pink Floyd à Porcupine Tree, de REM et Radiohead à Rage. Comme toutes ces influences, TRANK se plaît à explorer les recoins les plus obscurs de l’esprit, en extraire le pire des angoisses et des frustrations qui s’y replient, et les exposer au grand jour pour en faire des moments de catharsis lumineuse pour tous ceux qui, comme eux, se reconnaissent dans ces émotions tordues – par expérience ou par anticipation.

 

TRANK, c’est un groupe uni par cette passion de toute une vie pour la musique et ce qu’elle permet d’exprimer ou surmonter. Johann (batterie) et Michel (chant, programmations) qui ont scellé leur amitié de dix ans sur des discussions sans fin autour de leurs albums favoris - et de leurs expériences plus ou moins frustrantes avec des groupes semi-pro. Julien (guitare lead) et Michel, rencontrés au cours d'une répétition presque accidentelle, ont immédiatement reconnu l'un en l'autre la même passion - et la même vision autodidacte et exigeante de la musique. Et David (guitare rythmique et basse) a forgé son éthique de travail jusqu’au-boutiste au fil de  son expérience de la scène et du studio (notamment avec Oyabun) après avoir appris à jouer gamin devant... des VHS de Slash. La musique est leur « seconde vie » depuis toujours, mais pour lui donner le premier rôle, il a fallu qu’ils se rencontrent... A Genève.
« Les gens nous demandent régulièrement pourquoi on ne part pas s’installer à Paris si on veut avoir une chance de percer. Mais on vient tous de coins de Province différents, on a tous vécu à Paris, puis atterri ici (dans le Genevois) pour y trouver un travail – et on aime y vivre, entre autres à cause de la scène locale. Ce qui compte, ça n'est pas là où on vit. C'est où on veut aller. »

TRANK est une jeune groupe de musiciens expérimentés – et ce mélange de maturité sonore et de puissance rageur leur a valu d'assurer avec succès la première partie de Deep Purple, Anthrax, Papa Roach ou Disturbed. Les quatre membres du groupe cumulent une vaste expérience au sein de formations semi-pro ou pro, mais il aura fallu la rencontre entre Julien et Michel au détour d’une jam-session pour que le mariage de leurs sensibilités métal et post-punk crée l’envie d’aller plus loin. Le groupe dans sa forme actuelle n’existe que depuis fin 2016 : « ça nous a pris du temps, pour les meilleures raisons du monde, d'accumuler l’expérience dont on avait besoin pour bien fonctionner ensemble. Maintenant on tourne à plein régime. »

 

TRANK a aussi la chance d’être entouré d’amis extraordinairement talentueux, qui soutiennent le groupe dans ses créations. Yvan Barone, leur ingénieur, co-producteur et « cinquième membre » - est un professionnel réputé et l’un des hommes de l’ombre clés derrière le son du Festival de Montreux. David Weber, qui dirige le Studio des Forces Motrices à Genève, où le groupe a enregistré son premier E.P., a prêté son talent (et sa non moins inestimable console Neve, choisie par Yvan pour sa couleur sonore unique) à bien des références du rock alternatif francophone, de Treponem Pal à Mickey 3D. Pour son premier album, le groupe a aussi bénéficié des talents de Brian Robbins au mixage (Bring Me The Horizon) et de ceux d'Andy Van Dette au mastering (Porcupine Tree).

Côté visuel, le premier photographe du groupe, Gabi Hirit, est une référence de premier plan dans sa Roumanie natale.
Esther Pink, amie et collaboratrice photo régulière, est une référence à Genève. Le réalisateur de leur premier clip, Jean Baptiste Andrea, ami de longue date et auteur de trois thrillers cultes à l’humour grinçant et hyper stylisé, était le choix idéal pour soutenir le son entre ombre et lumière de TRANK (avant même de gagner le prix Goncourt en 2023 : l'homme a plus d'une corde à son arc). Et Alban Verneret, qui a pris sa suite pour les clips suivants, est un jeune vétéran renommé de la vidéo rock - et de la photo de mode. « C’est l’un des avantages d’avoir un peu de bouteille : on finit par être entouré de plein de gens talentueux. »

TRANK, après un EP en 2016 et une série de singles qui leur ont valu leurs premières parties prestigieuses, ont vu leur premier album, "The Ropes", élu album du mois dans Rock Hard France et Italie et Power Play UK en 2021. Leur mélange unique de puissance accrocheuse, d’émotion "grand écran", de sophistication sonore et d'énergie intense, reste au coeur de leur son. « On aime l'idée selon laquelle on est à la fois assez en colère et assez mûrs pour créer une musique intense mais riche et accessible, quelque chose de noir et de cathartique mais qui reste accrocheur et mélodique. Ca reste du spectacle, on veut que les gens se fassent du bien avec nos maux ! » 

bottom of page